Boycott du premier festival international du film volumétrique : les plus grands cinéastes mettent en garde le public

Le premier festival international du film volumétrique s’est déroulé à Laval du 22 au 28 mai 2021. Les cinéastes participant ont présenté leurs derniers films et partagé leurs points de vue sur le cinéma volumétrique. Cependant, le festival a été boycotté par les plus grands cinéastes français, qui affirment que « cette nouvelle technologie détruira à jamais l’expérience cinématographique conventionnelle ».

 

Ce nouveau format de film a attiré l’attention d’un public de tous âges et démontre déjà un potentiel à conquérir très bientôt l’industrie cinématographique. Ces films au format “Roomscale” (à l’​échelle d’une pièce) ont été présentés au public via des casques VR compatibles 6dof, auparavant réservés uniquement aux jeux VR. Les organisateurs du festival sont satisfaits de la participation d’une nouvelle génération de cinéastes et de publics. Ils expriment leur intention d’organiser la 2e édition l’année prochaine.

« Find Willy » (fiction) et « Once upon a sea » (documentaire) ont remporté le prix du meilleur film dans la catégorie court métrage, et « Rythme of the universe : Iona » (fiction) et « Stay alive my son » (documentaire) ont remporté le prix du meilleur film dans la catégorie long métrage.

Les cinéastes célèbres refusent toujours d'adapter les nouvelles technologies jusqu'à ce qu'ils réalisent leur erreur. Chaplin a refusé de passer aux films sonores. Christopher Nolan et Tarantino refusent toujours de tourner avec des appareils photo numériques. Mais cela n'empêche pas l'industrie de progresser. La capture volumétrique est la dernière technologie en matière de réalisation de films : de nombreux cinéastes refusent de l'adopter. Mais ils ne pourront pas refuser encore longtemps. Le spectacle doit continuer !

Nimrod Shanit, le producteur et réalisateur technique de « Once upon a sea »

Ces scènes 3D interactives ne doivent pas être considérées comme des films car elles ne suivent aucun langage cinématographique conventionnel. Lorsque les spectateurs ont la liberté de regarder et de se déplacer n'importe où dans la scène, le réalisateur perd sa direction artistique et le produit final ne reste pas une « expérience cinématographique » mais devient plutôt une « expérience de jeu vidéo ». Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il avait boycotté le festival du film volumétrique, Assayas a dit : « Premièrement, je ne soutiens pas ce format de films, et deuxièmement, ce festival ne me concerne pas.

Olivier Assayas, célèbre cinéaste et critique de cinéma français

Cette année, les festivals de cinéma de Cannes et de Sundance ont tous les deux introduit une entrée séparée pour le format de film volumétrique, mais les grands studios de cinéma ne semblent pas intéressés par ce format. La majorité des participants à ces festivals sont de jeunes cinéastes indépendants.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest